Bolivie #15, Trek en cordillère Royale

By Seb
Cet article fait partie de la série Pérou & Bolivie
Show More Posts

15 septembre Troisième jour de trek en Cordillère Royale

Apres un copieux petit déjeuner et un bon maté de feuilles de coca nous attaquons le col de Jallayko à 5025m au pied de l’aiguille noire. De nombreux troupeaux de lamas et d’Alpagas empruntent le même chemin que nous, ce qui nous semble être une épreuve est le quotidien de bergers Aymaras. Le col passé nous redescendons vers la vallée de Jistaña. La descente est sportive, voir même considérée dangereuse par des trekkers confirmés du groupe. La pente est abrupte et le sol est constitué de quelques cailloux pointus potentiellement dangereux en cas de chute.

trekday3-1

trekday-3-3
trekday3-4

trekday3-5

Nous remontons vers un autre col, celui de Tilipata (5000m) puis frôlerons plusieurs lagunes turquoise avant d’atteindre, après 7 heures de marche (Dénivelé : +845m / -935m), la laguna Wichu Khota qui est nichée en contrebas du Maria Loco. Il faut faire attention en se baladant hors des chemins, il y reste de nombreuses carrières non balisées avec des crevasses dont on aperçoit pas le fond.

trekday3-6

trekday3-7

trekday3-8

trekday3-9

Nous passerons la nuit dans une sorte de gite presque abandonné qui ne doit servir que pour les passages de randonneurs. On a d’ailleurs commencé par retirer l’oiseau mort séché sous le lit. Il fait plutôt froid dehors et le vent s’engouffre par la porte de fortune. Deux lits superposés feront la joie de certain, ou deviendront un calvaire pour les plus grands. J’ai à peine pû dormir cette nuit la, comprimé dans un lit dont les mensurations sont adaptées aux Boliviens, pas très élancés. Durant la nuit nous nous éclipsons dans la nature pour aller aux toilettes. A moitié déshabillé nous apercevons deux yeux qui nous observent dans la nuit . Ceux ci se mettent à se rapprocher rapidement accompagné d’un grognement rauque . Nous nous rhabillons en vitesse , un chien souhaitant protéger un troupeaux de lamas nous à prit pour cible. Nous courons comme des antilopes pourchassées par un lion dans cette pénombre absolue. Nous passons la porte et la fermons vigoureusement , le chien restera quelques heures à tourner autour de notre logis cette nuit, Nelly n’en dormira plus.

This entry was posted in L'Amérique, Voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *