Costa Rica #7 : Manuel Antonio

By Seb
Cet article fait partie de la série Costa Rica
Show More Posts

Jour 7 : Manuel Antonio

Nous nous réveillons donc au Falls garden. La chambre est d’un gout exquis et le jardin luxuriant nous a conquis. Dans l’enceinte de l’hôtel nous avons pu percevoir notre premier paresseux que Nelly a discerné perché dans un arbre, un Coati et un Basilic (le lezard qui marche sur l’eau, alias le lézard « Jesus Christ »). Au moment du déjeuner une dizaine de singes capucins se sont invités, se balançant d’arbres en arbres juste au dessus de nos têtes. Un superbe spectacle !

En haut à droite un Basilic , en bas à droite un singe hurleur.

Vipère de Schlegel
Ce que je suppose être une Vipère de Schlegel. 90% des morsures de ce serpent sont mortelles.
Phasme
A gauche un Phasme

 

Nous descendons en voiture au parc Manuel Antonio. De nombreux rabatteurs se font passer pour des « vigils » et essayent de vous faire stationner afin de récupérer quelques colones. Nous nous garons à 100 mètres du parc et filons 2000 colones à un type pour qu’il garde la voiture. C’est la première fois au Costa Rica que l’on découvre un tel attrape touriste. Le parc national de Manuel Antonio est le plus visité du Costa Rica, il se situe juste sous la ville (un peu usine) de Quepos. Il est riche de nombreuses espèces terrestres et marines mais dispose également de belles plages de sable blanc , de forêts tropicales et de barrières de coraux. Il est à ce jour fermé tout les lundis.

La visite du parc fût une combinaison de randonnées et de farniente à la plage. Nous étions équipés du maillot de bain et de chaussures de randonnée (très appréciées à certain endroit gorgé de boue). Le plus beau show de la rando fut la rencontre avec une tribu de singe hurleur, ces animaux produisent un vacarme tout juste ahurissant. Sur le chemin nous observions les guides des autres touristes pour nous aider à trouver des animaux. Ainsi nous avons vu de nombreux paresseux, phasmes, biche, serpents, raton-laveur, coatis et singes capucin. Les guides ne sont vraiment pas superflus dans ce pays !

Nous rejoignons l’Hôtel Tulemar pour deux nuits, nous sommes alors accueillis par Julien un jeune Français expatrié particulièrement sympa.

Il nous conseille quelques restaurants, ainsi nous dinerons au Kapi Kapi, un resto un poil chic mais qui à priori mérite le déplacement. L’ambiance du Kapi Kapi est assez classieuse et idéale pour un diner en couple. La carte est plutôt orientée gastronomie… nous avons donc choisit les plats un peu au hasard. Si mes plats étaient plutôt gouteux, ceux de Nelly furent beaucoup trop épicés, son poulet était rouge sang, complètement coloré par la sauce pimentée. La puissance du piment était insupportable pour nos papilles, un verdict en demi teinte donc.

A droite un joli python qui dormait au dessus de touristes en pleine farniente .

Nous rejoignons notre bungalow sur pilotis, il est plutôt grand avec une chambre et un salon séparé, on aurait pût y loger facilement quatre personnes. La vue est superbe et offre un superbe panorama sur la mer. Dommage qu’il faille garder une partie des rideaux fermés pour garder un tant soit peu d’intimité. La déco est jolie, mais moins aboutie que celle du Falls Garden. La chambre à la nuitée y est pourtant beaucoup plus onéreuse. En fait on se rend compte que l’on paye surtout l’ensemble des services proposés, il y’a une plage privée très agréable avec possibilité de faire du Canoë de mer et Bodyboard sans aucun frais supplémentaires. Comble du luxe, on pouvait sans crainte laisser son sac photo sur la plage sans garder en permanence un œil dessus (ce qui fût le cas sur les plages du parc Manuel Antonio).

This entry was posted in L'Amérique, Voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *