Costa Rica #9 : Dominical

By Seb
Cet article fait partie de la série Costa Rica
Show More Posts

Jour 9 : Dominical

Petit dej au café Milagro encore une fois. Nous faisons nos valises et partons pour Dominical, une ville réputée essentiellement pour ses spots de surf. La route est bonne et se fait plutôt rapidement. Arrivé à notre nouvel hôtel, le Costa Paraiso, nous faisons face à une reception vide. Nous laissons la voiture sur place et partons nous promener sur la plage à proximité. Celle ci est très longue, et quasiment déserte. Les vagues sont violentes, on se croirait à Biarritz. Nous observons les nombreux sauriens, les milliers de Bernard-L’hermite qui pullulent sur la plage et les crabes dopés tel des cyclistes du tour de France (ils sont très très rapides). Nous retournons au Costa Paraiso, il est 14h, toujours personne. J’attends sur un siège de l’accueil , au bout d’un certain temps un type s’extirpe d’une chambre, sortant vraisemblablement d’une bonne sieste ou longue hibernation. Il murmure quelques trucs, nous amène à la chambre. Je lui demande s’il est possible d’avoir une « lunch box » pour le lendemain matin vu que l’on partira tôt, « Not Possible ». Nous partons sur le centre de Dominical pour dénicher quelques souvenirs et cartes postales, la propriétaire de la boutique « El Tucan » nous conseille de nous arrêter au Nanyoa, un soda typique, bon et pas très cher. Nous confirmons ses propos. Nous retournons à l’hôtel, la nuit est tombée, nous nous installons sur les tables qui bordent le jardin.

Les iguanes aux Costa Rica ont souvent une couleur rouge, alors qu’ils arborent d’autres couleurs dans des zones géographiques différentes. An bas un écureuil noir qui s’approprie violemment les territoires des écureuils roux.

Ce dernier tombe quasiment dans la mer ou de nombreuses vagues viennent s’écorcher sur les promontoires rocheux. L’endroit idéal pour remplir les cartes postales. Finalement nous n’avons pas trouvé grand chose à faire sur Dominical même si nous avons apprécié notre journée, le Lonely Planet l’avait décrite comme une ville idéale pour ceux qui ne veulent rien faire, ils ont parfaitement raison, une journée de plus et on s’ennuyait. Nous regagnons notre chambre d’ou l’on peut se délecter du bruit de la mer, la chambre est propre et confortable, il faut juste faire attention à ne pas utiliser plusieurs ustensiles électriques simultanément. Insolite, un gardien fait la ronde toute la nuit autour de l’hôtel, c’est sensé être rassurant… ou pas ?

Dominical
Plage de Dominical

This entry was posted in L'Amérique, Voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *